Francis Cousin déraille sur le RIC

Rien ne vaut un mouvement populaire comme celui des gilets jaunes pour faire tomber les masques des individus malveillants, très nombreux malheureusement dans les cercles de Pouvoir, pour mettre en exergue les idiots utiles encore plus nombreux, et rien ne vaut un tel mouvement pour aiguiser les analyses des opposants et prétendus opposants, et faire apparaître les insuffisances de certains, leurs limites à imaginer un avenir concret, accessible et surtout meilleur, à sortir de leurs cercles de sécurité pour se projeter dans l’avenir commun.

Nous avons déjà exposé les premiers par le passé, et nous nous attachons désormais à exposer les personnes intéressantes, excellentes dans leur domaine de compétences, au top même, mais qui coincent malheureusement lorsqu’il s’agit de modifier la Société en profondeur, lorsqu’il s’agit de placer de nouveaux paradigmes démocratiques, en phase avec le peuple majoritaire.

Nous avons ainsi évoqué les limites propositionnelles d’un Pierre Jovanovic, d’un Charles Gave, d’un Michel Drac et de quelques autres, qui excellent dans leurs analyses et dans leur domaine de compétences, mais qui coincent parfois dangereusement lorsqu’il s’agit de trancher pour des solutions plus globales.

C’est au tour de l’excellent Francis Cousin de passer à la moulinette et au filtre des gilets jaunes et du RIC.

Accrochez-vous, c’est sanglant.

Vidéo : Pour Francis Cousin en roue libre, l’ennemi du moment ce n’est pas le régime Macron, mais le RIC !

Comme Drac mais pour d’autres raisons, Cousin, le plus pur d’entre tous, manque complètement le virage des gilets jaunes et voit dans le RIC une ultime manœuvre dilatoire du grand Capital pour assurer sa survie et sa continuation, la continuation de son oppression mammonique ( il n’emploie pas ce terme trop connoté par un marxiste) sur les masses.

Pire que le régime Macron ? Le RIC

Dans l’absolu, Cousin n’a pas totalement tort, car effectivement le RIC fera baisser la tension sociale et permettra au Système de se perpétuer et de sauver les meubles, plus ou moins : contrairement aux autres, Cousin ne fait pas d’erreur dans son analyse et va au bout de sa logique, radicale et révolutionnaire. On ne saurait lui reprocher d’être fidèle à ses vieilles lubies qui ont plongé tant de peuples dans le chaos et le sang.

Non, ce qui pêche ici chez Francis, c’est qu’il “oublie” dans sa démonstration la face cachée, la face sombre de l’humain, celle de ses camarades, et la sienne aussi sans doute, la notre aussi, qui au-delà des idéaux et du grand soir, a besoin aussi d’un minimum de sécurité matérielle et d’argent en ce bas monde pour manger, se chauffer, pour travailler et se reposer, pour assurer la sécurité des sa famille : bref, tout simplement pour vivre ! Et vivre en paix.

Les gilets jaunes eux l’ont compris, et ce qui vaut pour les gilets jaunes français vaut partout ailleurs dans le monde.

Bref, Cousin est persuadé que le peuple un beau matin va se réveiller et se départir de ses aliénations consuméristes pour se libérer du capital et de l’argent, tirer un trait sur son propre passé, jeter ses lunettes à la poubelle, ses médocs… Et vivre d’amour et d’eau fraîche avec la petite bible du grand Capital du grand Karl dans la poche.

C’est possible, toutvest possible dans la vie, mais si cela arrive un jour, c’est que la fin des temps au sens spirituel du terme sera proche…

Est-ce que les Français sont proches de ce genre de conversion improbable ?

Absolument pas, ni les Français ni les autres peuples du monde, encore plus consuméristes que le peuple Français, de nombreuses études le montrent.

Pas plus que les gilets jaunes.

Du coup comment 😈 un peuple qui n’a pas été préparé spirituellement à changer radicalement ses habitudes de vie, ses valeurs, ses objectifs, qui a une nécessité vitale d’argent pour régler ses factures et ses créanciers, pourrait-il soudain par un soulèvement de rue, s’engager vers la révolution souhaitée par Cousin en brûlant son argent et ses marchandises pour renaître en homme nouveau et pur de tout pêcher consumériste ?

A moins d’une intervention divine, que Cousin réfute, on voit mal comment le gilet jaune, soudain touché par la grâce de Marx, changerait de mode de vie du jour au lendemain et aussi radicalement !

Bref, par sa posture révolutionnaire passéiste (ou avant-gardiste qui sait ?) très hostile au RIC, Francis Cousin montre les limites de sa pensée un peu trop matérialiste et un peu trop utopiste pour être honnête, et se retrouve dans une position conservatrice aux côtés vers Macron et du grand Kapital (pour Cousin, Chouard est pire que Macron, c’est dire !), une position et inacceptable pour un peuple avide de changements profonds, certes pas aussi radicaux que ceux rêvés par Francis Cousin, pas aussi libérateur non plus, mais qui seraient tout bonnement à leur portée et qui assoupliraient à n’en pas douter l’oppression de la marchandise sur leurs vies, en leur permettant au minimum d’agir sur le curseur et en leur libérant du temps pour la réflexion.

En effet avec le vrai RIC – pas les cahiers de doléances évoqués par Cousin qui confond manipulatourement amis et ennemis – les gens pourront davantage conscientiser leurs aspirations, leur condition humaine, et c’est progressivement qu’ils pourront, par l’élévation progressive de leur niveau de conscience, basculer vers une Société moins consumériste, moins capitalistique, davantage conviviale, gratuite, spirituelle.

Sans mettre leur pays et le monde à feu et à sang.

En voulant trop bien faire trop vite, et en éliminant l’aspect religieux de la condition humaine, Cousin se fourvoie comme tant d’autres sur le RIC, et fait du coup le jeu du grand Capital, qui lui aussi est vent debout contre les gilets jaunes et contre le RIC, en essayant d’imposer un faux RIC.

Pourtant le RIC n’est pas une fin en soi, mais un outil formidable d’éveil des consciences des masses, par l’implication directe du peuple dans son propre destin, une notion qui semble effrayer Cousin et son intervieweur tout aussi déconnecté du réel.

Seuls Asselineau et Chouard parviennent à se sortir à ce jour de l’irruption des gilets jaunes dans le paysage politique français, toutes les autres figures intellectuelles connues de la dissidence semblent avoir bu la tasse au passage et avoir touché leur optimum de Paréto.

Nous n’avons pas à ce jour la réaction de l’excellent Pierre Hillard, donc joker en attendant pour lui, quant à Dieudonné il est en phase comme Chouard et Asselineau, mais il se cantonne davantage à un rôle de comique et de trublion, de la même manière qu’un Vincent Lapierre se limite au rôle de journaliste indépendant.

D’autres figures moins dissidentes telles que Emmanuel Todd ou Philippot s’en sortent pas mal également, tout comme Pascot entre autres, Nicolle, Drouet, voire Ludivsky s’en sortent bien pour le moment.

Et les gilets jaunes ne s’y trompent pas et savent et sauront reconnaître les leurs.

Cousin totalement déconnecté du réel

Cousin par contre a loupé le coche.

Il parle de lutte de classes, de gilets jaunes, de manifestations, de ronds-points : mais est-il descendu dans la rue manifester, au risque de se faire renverser par un rageux ou de se faire éborgner ou emprisonner par le régime ?

Pas que nous le sachions : gros disou, petit faisou ?

Il parle de classe moyenne et de bobos, mais où travaille-t’il ? Dans quelle usine ? Combien facture-t’il ses services ?

Il nous parle de logorrhée et de jacasseries, et sur ce point il semble par contre d’avantage en compétences…

Quant aux accusations de clown et de clowneries du Système et de ses idiots utiles, nous ne développerons pas cet argumentaire mais il y aurait également pas mal à dire et à redire.

Bref, attention au pharisiannisme : Marx est certes un grand penseur, mais ce n’est visiblement pas Jésus, ce n’est quand même pas le même niveau : Marx ne s’est pas appliqué ses fumants préceptes à lui-même, et de fait Marx manque cruellement de lien avec la réalité, de spirituel même, puisque le spirituel n’est jamais autre chose au final que l’incarnation au quotidien de ses propres concepts intellectuels les plus élevés, dans une confrontation avec le réel.

Lorsque le prolixe Cousin évoque l’ennemi de l’intérieur, il semble curieusrment faire en creux laa description de lui-même et de ses ouailles.

D’ailleurs, Cousin n’a pas compris le mouvement des gilets jaunes, tout comme Macron et les bobos mondialisés : non, les gilets jaunes ne sont pas les prolos comme il le dit ! Non, ce ne sont pas davantage les pauvres, les exclus, le lumpen prolétariat… Rien de tout cela, ou très peu.

Les gilets jaunes, c’est avant tout la classe moyenne enracinée, qui ne veut pas passer sa vie qu’à bosser, qui veut profiter du temps qui passe, de la nature, delà campagne, du potager…

Thèse, anti-thėse, foutaise

Dès le départ, Cousin comme Macron n’ont pas compris ce qui se passait, n’ont pas identifié le mouvement, et ont projeté leurs propres représentations fantasmatiques sur les gilets jaunes, et dès lors tout était faussé…

Au lieu de la traditionnelle thèse, anti-thėse, synthèse évoquée généralement par Cousin, on aboutit davantage à de la foutaise : une foutaise qui ne va pas plaire aux gilets jaunes !

Dogmatisme contre pragmatisme

Empêtré dans un dogmatisme et un intellectualisme à l’opposé de la condition ouvrière et prolétarienne, Cousin ne parvient pas à raisonner de manière pragmatique !

Il n’arrive pas à conceptualiser le fait qu’un vrai RIC, conçu, orchestré et contrôlé par la base, puisse servir de lieu d’échanges et d’émancipation, qu’il appelle de ses vœux par ailleurs.

Prisonnier de sa lecture littérale de Marx et de l’Histoire qu’il maîtrise à n’en pas douter, Cousin ‘e parvient pas à comprendre des concepts simples.

Jésus lui-même se réjouissait que Dieu ait permis aux gens de peu de mieux comprendre certaines choses cruciales que des érudits et des savants…

Encore une fois, Cousin ferait mieux de remiser quelque temps son petit livre rouge et s’intéresser davantage au Nouveau Testament, cela lui éviterait de telles sorties de route.

Pour autant, Francis Cousin, Michel Drac, Gave, Jova, PPDA et d’autres restent d’excellents analystes dans leurs domaines de compétences respectifs, mais avec ce plafond de verre peut-être spirituel qui les empêchent d’être complètement en phase et en osmose avec le mouvement social réel.

Bref, nous les convoquerons pour les sujets secondaires (vis-à-vis de l’actualité brûlante) où leurs éclairages demeurent cruciaux, mais pour le moment place aux personnalités en phase directe avec le réel, place à Chouard et à Asselineau, et à celles et ceux qui les soutiendront et les rejoindront.

Pour le moment, car la situation est évolutive, et tout peut changer rapidement.

Qui vivra verra.

Partager cet article
  • 3
    Partages

7 pensées sur “Francis Cousin déraille sur le RIC

  • 10 février 2019 à 11 h 59 min
    Permalink

    Je n’ai pas encore tout écouté, mais c’est quoi la différence entre “Communauté” (bien pour Francis Cousin) et “Démocratie” (horrible pour FC) ?

    Le fric certes rend incapable de vivre en vérité. Mais dans une famille de prolétarien, les rapports entre membres sont-ils plus vertueux que dans une famille non prolétarienne ? Etre prolétarien évite-il de se laisser acheter par le Système ? N’est ce pas comme ça que le Système fonctionne en corrompant, en récupérant tout à son service ?

    Le RIC déplaît fortement aux zélites. C’est évident que s’il est instauré, elles le récupèreront comme elle récupère tout, l’antiracisme, le féminisme, le marxisme…. Ce n’est pas une raison pour chercher à avancer dans le bon sens et de lutter contre le système de façon pragmatique concrète? Le RIC a déjà l’avantage de nous rassembler au lieu de nous isoler dans la lute de tous contre tous organisée par le Système

    Répondre
  • 10 février 2019 à 12 h 13 min
    Permalink

    Le RIC oblige au débat, la mise en mots de ce qui n’avait pas était dit, donc à prendre conscience de là où on est. Le débat (vrai débat pas propagande) fait peur au Système pour qui l’ignorance, la distraction, l’atomisation est la force. Si les gens ne sont pas poussés à réfléchir, des petits malins vicieux dispensés de travail par leurs esclaves penseront pour eux.

    c’est sans doute ce qui s’est passé déjà à Athènes. Les pauvres suffisants n’allaient pas à l’agora. Leur vie tranquille leur convenait. C’était les riches qui regardaient leur intérêts qui menaient la politique.

    Répondre
  • 10 février 2019 à 12 h 15 min
    Permalink

    Bref le vice mène le monde…
    Comment lutter contre ça ?

    Répondre
  • 10 février 2019 à 14 h 24 min
    Permalink

    Je crois qu’il y a une chose qu’ont compris les Gj. C’est qu’on ne discute pas avec les gens qui ont pris le pouvoir, avec les gens de pouvoir. Il n’y a rien à débattre avec cette caste disqualifiée dans tous les domaines.

    Répondre
  • 10 février 2019 à 15 h 57 min
    Permalink

    Bonjour,
    RIC ou RIC,telle est la question.
    Mais finalement la question n’est pas là.
    Les bourses vont tomber,et la spéculation sera interdite au niveau planétaire.
    Une monnaie pour tous va remplacer tout cela(avec un revenu universel pour tous les habitants de la planète)et donc échanges de produits a juste valeur sans profits.
    Le tirage au sort des élus viendra naturellement suite à cela et sans salaires (puisque revenus universels).
    C’était le rêve de l’élite(monnaie mondiale),mais se sera le projet du fils de dieu,celui qui revient tous les deux mille ans.

    Répondre
  • 11 février 2019 à 3 h 08 min
    Permalink

    Salut, les winner, ça boume? Rendez-vous aux Européennes pour les 1%.
    Non, je parle pas de l’oligarchie, voyons, je parle du score de l’UPR.
    Allez tschuss les blaireaux….

    Répondre
    • 11 février 2019 à 23 h 21 min
      Permalink

      Oui Sébastien, tu seras sans doute un des premiers à te faire pucer, et tu sais pourquoi? Car tu es l’outil parfait du nouvel ordre mondial : le mûlatre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *