Onfray analyse l’allocution télévisée de Macron

Source : michelonfray.com

”  Parler pour ne rien dire

L’allocution du président Macron avait pour but de distribuer quelques miettes afin de pouvoir mieux conserver le gâteau pour lui, les siens et tous ceux qui l’ont mis au pouvoir et ont financé son trajet politique et sa campagne. Quel est ce gâteau dont il n’est jamais question nulle part? L’État maastrichtien libéral, qu’il faut sauver avec quelques opérations de transferts de caisse susceptible d’être présentés par les médias comme de véritables concessions faites aux gilets-jaunes, qui devraient s’en satisfaire et rentrer chez eux. Ce message s’adressait moins au peuple, qu’il amadoue avec cette danse des mots comme s’il s’agissait d’une danse du ventre, qu’à ceux qui partagent sa vision populicide du monde et qu’il rassurait par la même occasion.

Des augmentations sont annoncées, la plus spectaculaire étant celle du SMIC. De même, les taxes prévues sur les automobilistes et les retraités les plus modestes sont annulées, tout ceci est formulé solennellement. Or, la solennité, chez quelqu’un qui se fit si souvent photographier dans des postures si peu solennelles, n’est plus crédible, sauf auprès des esprits faibles.

Par ailleurs: cet argent que Macron semble donner et ne plus prendre n’est pas de l’argent qui vivrait dans le ciel des idées. Il ne vient ni de la poche de Macron, évidemment, ni de celle de l’Europe qui est pleine de l’or dont le peuple se défait, bien sûr, ni de celle des plus fortunés (les multinationales, les industries polluantes, les GAFA, les fortunes placées dans les paradis fiscaux), mais de l’impôt des citoyens de base. Donc: c’est l’argent des gilets-jaunes que le Roi lui rend parcimonieusement…

Ce que Macron a annoncé avec force sérieux et trémolos dans la voix est ni plus ni moins une variation sur le thème de l’antique jeu de bonneteau qui permet, avec trois gobelets et une pièce, de faire apparaître, disparaître, réapparaître la pièce là où l’on croit qu’elle est, alors qu’elle a été subtilisée, escamotée et qu’elle reste dans la main du maître de jeu: le joueur perd tout le temps, sauf quand le magicien le laisse gagner une fois dans les nuées afin de laisser croire que le jeu n’est pas pipé. Lundi, le magicien a fait croire qu’on pouvait gagner au jeu de bonneteau.

Or Macron ment. J’en veux pour preuve cet aveu qu’il fit d’entrée de jeu: selon lui, avec la crise des gilets-jaunes “ce sont quarante années de malaise qui s’expriment”. Pourquoi dès lors n’a-t-il pas été question une seule fois de l’Europe maastrichtienne, de cet État molosse et moloch, de cet empire qui nous gouverne jusque dans les moindres détails et qui interdit à l’État-Nation de vouloir librement parce que le véritable pouvoir est celui des technocrates du marché libre de Bruxelles et de Strasbourg mais non pas Macron qui en est le voyageur de commerce. Pourquoi ce silence en effet?

Deuxième mensonge: “je prends ma part de responsabilité”. C’est faux. Car, si tel avait été le cas, ce qui s’imposait, c’était d’annoncer un changement de cap. Or, c’est précisément ce que demandent les gilets-jaunes. On ne peut parler d’une crise qui couve depuis quarante ans sans désigner les coupables que sont les présidents de la République depuis Mitterrand jusqu’à lui-même. Car tous, sans exception, ont piloté le bateau avec un seul et même cap: celui de l’Europe libérale. Et, pour mémoire, Macron au si jeune âge eut tout de même le temps d’être le ministre de l’un de ces présidents après en avoir été le conseiller préféré… (…)

Lire la suite et la fin de cet excellente analyse sur michelonfray.com.

 

Partager cet article
  • 1
    Partage

2 pensées sur “Onfray analyse l’allocution télévisée de Macron

  • 14 décembre 2018 à 8 h 43 min
    Permalink

    Il est au top en ce moment Michel Onfray.
    Heureusement que la France a encore quelques intellectuels de qualités et qui ne baissent pas leur froc.

    Répondre
  • 14 décembre 2018 à 9 h 32 min
    Permalink

    Bravo Onfray 🙂
    … ne te laisse pas prendre par le verbiage macronien quand même : il n’a pas augmenté le SMIC mais la prime d’activité.
    Le SMIC est un salaire payé par les employeurs et la PA par les contribuables.
    …. le MEDEF (et les actionnaires aussi!) est content de ne pas pas mettre la main à la poche.
    –> ENFUMAGE !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *