Schizophrénie – Jacqueline Sauvage instrumentalisée par la doxa médiatique féministe

Environ 10 000 000 de téléspectateurs ont regardé le téléfilm dédié à Jacqueline Sauvage, très loin de la réalité judiciaire.

En s’exposant à ce téléfilm largement romancé et réécrit non sans arrière-pensée(s), ils se sont laissés griser, abuser et embobiner une fois de plus par l’instrumentalisation d’une femme à bout de nerfs par la doxa médiatique, avec leur entier consentement.

Et les producteur, réalisateur et acteurs n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère pour faire passer leurs messages à très grande échelle.

Les médias dans leur vaste entreprise d’inversion des valeurs, sont parvenus à transformer une femme criminelle, lourdement condamnée par la justice malgré des circonstances atténuantes indiscutables, en une femme héroïque et martyre.

Ce sont les mêmes sans doute qui ont élu Macron, qui ont élu Flambi ou Sarkozy, et qui éliront Marion aux prochaines élections…

Agir comme un homme

Il est des femmes qui veulent sauter à l’eau comme des hommes, et d’autres qui veulent faire acte de violence comme des hommes. Et plutôt que de se reposer sur la justice de leur pays, se faire justice elle-même.

Evidemment,  il n’est pas question pour nous de nier les violences faites aux femmes par leurs maris, et sans doute cette réalité sociale inacceptable est-elle sous jacente dans cette affaire, mais le crime d’où qu’ils provienne n’a jamais rien résolu de durable, tout au contraire.

Légitime défense et féminisme

Si l’on creuse le discours de la féminisation victimaire présentée dans ce téléfilm, on aboutit rapidement à des contradictions fondamentales :

Ainsi ces “progressistes” féministes sont-elles généralement contre la légitime-défense du beauf face à l’agresseur (potentiellement migrant ?), mais applaudissent lorsque c’est une femme qui se fait justice elle-même face au mâle menaçant…

2 poids 2 mesures : pas de doute, nombre des soutiens à Jacqueline Sauvage, qui arborent “Je Suis Jacqueline” sont aussi des charlistes adeptes d’humour à géométrie variable.

Plus que jamais accompagnée et menée par le bout du nez par des spécialistes de la propagande des masses avec TF1 en tête de gondole pour cerveaux disponibles, la populace de la zone France, incapable de penser par elle-même, boira la coupe jusqu’à la lie.

Pour s’assurer un succès imparable et attirer un public maximal, les producteurs du télé-film avaient fait appel à une actrice comique utilisée à contre-emploi, et qui a peu de risque de se retrouver elle-même dans une telle situation, puisqu’elle n’a jamais caché ses préférences lesbiennes…

De quoi pimenter quelque peu plus les comptes-rendus du lendemain que les ménagères de moins de 50 ans et leurs maris ne manqueront pas d’opérer autour de la machine à café ou sur le zinc du café du commerce…

Au final, le grand public semble avoir mordu à l’hameçon de la schizophrénie tendu par les producteurs du téléfilm comme un seul homme, pour le meilleur et surtout dans un tel cas pour le pire.

“La légitime défense non, mais la légitime défense si c’est une femme qui est la victime, oui“, comme aurait dit Bourvil dans l’un de ses meilleurs sketchs.

La lobotomie moderne des masses passe aussi par les téléfilms et la télé-réalité subtilement revisitée.

 

Partager cet article
  • 6
    Partages

28 pensées sur “Schizophrénie – Jacqueline Sauvage instrumentalisée par la doxa médiatique féministe

  • 4 octobre 2018 à 8 h 20 min
    Permalink

    Le Système fait feu de tout bois. Je pense que l’anti-Système doit le faire également. Le cas Jacqueline Sauvage est une brèche dans laquelle on peut s’engouffrer. Le viol incessant, la maltraitante infligés aux peuples par une caste sans scrupule peut s’apparenter à ce qu’a subit cette femme. Et le fait qu’elle se défende elle-même sans compter sur la justice est un début à ce que doit faire les peuples, comme les employés d’Air France qui avaient osé déchirer la chemise du DRH.

    Vous écrivez : “… mais le crime d’où qu’ils provienne n’a jamais rien résolu de durable, tout au contraire.” C’est faux. La mafia au pouvoir ne fait qu’utiliser le crime pour assoir sa domination, depuis des décennies voire des siècles, et ceux qui ont eu affaire à la justice comprennent qu’il s’agit souvent d’une mascarade. Les juges sont là pour maintenir l’ordre, par pour rendre justice. La seule façon de se débarrasser de certains pervers auxquels certaines femmes sont mariées n’est pas la “justice”. Elles y laissent la vie, et le pervers en prend pour autant que Jacqueline dans le meilleur des cas. Jacqueline n’est pas la victime idéale, elle est encore vivante et a tué son pervers de bonhomme, que personne ne semble regretter. Elle est enfin libre, même si elle avait dû faire de la prison. Que les peuples en prennent de la graine.

    Répondre
    • 4 octobre 2018 à 8 h 38 min
      Permalink

      Lol, comme quoi le cinéma a un effet puissant sur les esprits, y compris les téléfilms…

      Un effet maximal, bien plus puissant que les programmes politiques ou les actualités et les informations.

      Evidemment, je ne partage en rien votre message : c’est d’ailleurs exactement ce que souhaitent les élites, qui détourneront très vite la colère du peuple vers des boucs émissaires (c’est déjà en cours, et rajoutez 1 ou 2 téléfilms supplémentaires et les élites vous auront déjà labouré le cerveau pour vous indiquer, si ce n’est à vous, au moins à tous les autres, les cibles à viser, vous imaginez déjà lesquelles), et les élites iront se planquer dans leurs bunkers ultra-sécurisés le temps que tout cela se termine !

      Et reviendront au Pouvoir la main sur le coeur pour la suite du programme.

      Ordo ab cao.

      Votre message est l’exemple même des dangers qui vous guettent (perso, j’aurai mis les voiles avec mes proches, le temps que ceux qui veulent se trucider le fassent librement).

      Répondre
      • 4 octobre 2018 à 9 h 53 min
        Permalink

        “ce que souhaitent les élites, qui détourneront très vite la colère du peuple vers des boucs émissaires (c’est déjà en cours, et rajoutez 1 ou 2 téléfilms supplémentaires et les élites vous auront déjà labouré le cerveau pour vous indiquer, si ce n’est à vous, au moins à tous les autres, les cibles à viser, vous imaginez déjà lesquelles), et les élites iront se planquer dans leurs bunkers ultra-sécurisés le temps que tout cela se termine ! ”

        Et c’est quoi ces cibles à viser dans le cas de Jacqueline Sauvage ? J’ai du mal à les imaginer.

        Répondre
        • 4 octobre 2018 à 11 h 04 min
          Permalink

          Dans le cas de Jacqueline Sauvage, ce sont les maris frappeurs (je n’ai pas la télé non plus, mais le message est clair).

          C’est un peu la même histoire que le droit de tirer sur les malfaiteurs : le nombre de morts explose cette année, la violence monte d’un cran, des policiers se font renverser ou trucider car les malfaiteurs du coup n’hésitent plus non plus…

          Bref, la spirale est lancée, à l’américaine.

          Avec les résultats que l’on connait pour la population, et notamment les plus faibles.

          Répondre
          • 4 octobre 2018 à 12 h 18 min
            Permalink

            La cible serait les maris frappeurs… ??? c’est grave ?

            Je pense que que si la violence explose tous azimuts, c’est simplement et surtout parce que la pauvreté et le chômage explosent et que la mafia est encouragée (le trafic de drogue et de sexe entrent dans le PIB, sans compter les beaux exemples que l’on a au sommet)

          • 4 octobre 2018 à 12 h 36 min
            Permalink

            Oui, c’est grave, car normalement il y a une justice pour cela…

            Si vous pensez que chacun.e (à vous lire, le .e est important) est désormais légitime à se faire justice ille-même, alors effectivement vous avez déjà les 2 pîeds joints dans le NWO.

            l’esprit victime conduit directement au chaos et au NWO.

          • 4 octobre 2018 à 13 h 26 min
            Permalink

            Pourquoi les malfaiteurs tirent ou roulent sur les policiers? Car il n’y a plus de justice du coup il s’en fichent, de toute façon ils seront nourris logés et ils sortiront pour recommencer.
            La justice punit le méchant policier mais laisse sortir les criminels. Du coup la police ne fait plus rien, laisse pisser pour éviter les émeutes d’une part et pour éviter de se retouver aux assises. De ce fait la population commence à se protéger tout seul. C’est ça le nouvel ordre mondial. L’etat qui ne fait plus son boulot et laisse les gens s’entretuer.

          • 4 octobre 2018 à 13 h 29 min
            Permalink

            Le Système a tout intérêt à laisser les choses se déliter.

            Seul le Frexit et une reprise en main des prérogatives de l’Etat par le peuple souverain pourra remédier à ces attaques subreptices.

  • 4 octobre 2018 à 9 h 57 min
    Permalink

    A mon humble avis, si Flamby a gracié Jacqueline Sauvage, c’était pour justement apaisé le peuple (une énorme partie des gens était outrés que cette femme soit autant condamnée que le mec de Noir Désir par exemple), le domestiquer à nouveau sans contredire la “justice”. Car l’injustice verrouillé donne des idées…

    Répondre
    • 4 octobre 2018 à 11 h 06 min
      Permalink

      Ce sont surtout les forces féministes qui réclamaient la grâce, alors que la justice (et les jurés populaires faut-il le rappeler) avait une approche plus mesurée dans ce dossier précis…

      Répondre
  • 4 octobre 2018 à 13 h 21 min
    Permalink

    Inversion totale des valeurs. Cette femme a été jugée deux fois coupable d’assassinat par un jury populaire et condamnée à 10 ans pour des raisons humanitaires car sinon ce crime méritait “perpet”. Ce qui m’amuse dans cette affaire c’est que ce soit Muriel Robin une vieille g***e qui vienne nous faire l’article sur les violences conjugales faites par les hommes et sans vergogne ?!!!

    Répondre
  • 4 octobre 2018 à 20 h 00 min
    Permalink

    “Oui, c’est grave, car normalement il y a une justice pour cela…

    Si vous pensez que chacun.e (à vous lire, le .e est important) est désormais légitime à se faire justice ille-même, alors effectivement vous avez déjà les 2 pîeds joints dans le NWO.

    l’esprit victime conduit directement au chaos et au NWO.”

    Normalement il y a une justice pour cela, dites vous. Elle est bien récente historiquement cette “justice” pour reconnaitre les violences conjugales, et les viols. Il ne s’agit pas de l'”esprit victime” justement, Jacqueline sauvage a été condamnée justement parce qu’elle ne l’avait pas cet “esprit victime”. Vous n’avez pas remarqué qu’une fille qui se fait violer, si elle n’est pas complètement démolie est culpabilisée au même niveau, voire d’avantage que son agresseur ? Souvenez-vous des collégiennes qui ont été considérées comme consentantes face à des adultes mûrs.

    On essaie de nous faire croire que Jacqueline Sauvage avait le caractère pour entreprendre les bonnes démarches en justice face au violence conjugales, et que finalement si elle ne l’a pas fait c’est quelle était consentante, voire que ça lui plaisait…

    Ensuite votre écriture inclusive est grotesque et témoigne de tout le mépris que vous avez pour votre interlocuteur et le débat, comme si vous aviez raison d’emblée et que cette écriture stupide était un argument contre mes arguments.

    Répondre
    • 4 octobre 2018 à 20 h 23 min
      Permalink

      Cluedo, l’écriture inclusive était une blague pour vous titiller, lol !!

      Je sais très bien que vous détestez l’écriture inclusive, c’était pour vous faire réagir…

      De toutes façons, les arguments des uns et des autres sont désormais clairement posés, et comme toujours à chacun et chacune de se forger sa propre opinion librement !

      Répondre
      • 5 octobre 2018 à 7 h 47 min
        Permalink

        On peut débattre sans se mépriser.

        Cette femme, ce n’est pas seulement des féministes hystériques qui l’ont défendue, mais beaucoup de gens ordinaires, et les affiliés de la gogoche comme dans des sphères identitaires ou dits d’extrême droite, des antiféministes.

        Quand on écoute l’avocat général, on comprend juste que se défendre soi-même est condamnable, mais il refuse de comprendre la situation. Comme si Jacqueline sauvage avait opté pour se faire condamnée en tuant son bonhomme plutôt que d’aller sagement porter plainte au commissariat et ainsi régler le problème… Enfin il a l’honnêteté d’intercaler un “peut-être” dans son plaidoyer. Il est trop bon. Si son mari l’avait tuée après des décennies de maltraitantes et de viols, il en aurait pris au plus pour 10 ans également. Or ce n’est pas pas la même situation, le même crime. Vous comprenez ?

        Dans mon 1er commentaire, je faisais le parallèle entre l’emprise sous laquelle se trouvait cette sexagénaire vis à vis de son conjoint violent et les peuples sous emprise également d’une caste qui les viole et les maltraite. Faut-il compter sur la “justice” pour régler le problème ?

        Répondre
        • 5 octobre 2018 à 8 h 15 min
          Permalink

          Ce n’était pas du mépris Cluedo, mais des petites piques où je forçais très exagérément le trait.

          Désolé si cela a pu vous froisser, ce n’était pas le but.

          Et encore une fois votre avis, qui est loin d’être isolé, vous appartient et vous avez pleinement le droit de le faire valoir.

          Cet échange a permis de confronter les avis, et chacun en fera son propre discernement.

          Répondre
    • 5 octobre 2018 à 16 h 59 min
      Permalink

      L’insurrection organisée et non violente, oui.

      Le chaos sanguinaire façon Révolution de 1789 et terreur non.

      Répondre
      • 5 octobre 2018 à 19 h 30 min
        Permalink

        Aucune personne saine n’est pour pour le chaos sanguinaire. Le crime de Jacqueline Sauvage n’a pas pour origine un goût pour la violence et le crime. On ne peut pas en dire autant de son agresseur…

        Tu places cette femme avec un autre conjoint pacifique, il n’y a pas de crime de sa part. Tu places son bonhomme avec une autre femme, il y a de très fortes probabilités qu’il a de nouveau crimes de sa part.

        La non-violence est l’apanage de la caste psychopathe au sommet dans ce Système. Il maltraitent et violent, propres sur eux, en costard-cravate en toute légalité.

        Répondre
        • 5 octobre 2018 à 19 h 35 min
          Permalink

          Ce que vous ne comprenez pas Cluedo, ou ce que vous ne voulez pas comprendre, c’est que les élites ont le Pouvoir, et si violences il y a vous serez, comme durant les précédents conflits,; les dindons de la farce, voire les cocus puisque le sujet initial est les relations conjugales.

          Quoi que vous pensiez, le principe de réalité s’impose aujourd’hui comme il s’imposera demain.

          Le Pouvoir a la force (il a par définition toutes les manettes) et peut faire ce qu’il veut.

          Il peut dévier la colère ou liquider les opposants par maintes solutions, prenez un livre d’Histoire par trop pourri si vous avez oublié/

          La seule solution est la lutte non violente par l’augmentation progressive de la conscience collective, et avec l’espoir que le Destin, pour ne pas parler en terme de croyances, viendra aider à finir le boulot proprement lorsque la conscience populaire voudra mettre en place un système alternatif efficace.

          C’est pas encore pour tout de suite, je vous rassure (ou pas).

          Répondre
          • 6 octobre 2018 à 8 h 44 min
            Permalink

            Mais je ne suis pas du tout pour la violence. Seulement voilà, elle risque de devenir inéluctable dans ce Système verrouillé, comme dans le couple Sauvage. Je n’y peux rien, ni vos belles paroles pleines de sagesse, c’est cela la réalité. Il faut le comprendre.

            Bien sûr que le Système récupère cette violence, il récupère tout à son profit, même la non-violence figurez-vous.

            Une bonne façon de lutter contre ce Système est de faire aikido, de retourner ses coups et manœuvres contre lui-même. C’est pour cela qu’il est beaucoup plus perspicace de retourner ce fait divers de Jacqueline sauvage contre lui, en comprenant la situation de cette femme maltraitée toute sa vie pas son pervers. Pour faire le parallèle avec l’emprise sous laquelle nous sommes. Nous n’avons pas le droit de nous plaindre, tout est normal, il n’y a pas d’alternative, il faut faire avec son pervers…

  • 5 octobre 2018 à 23 h 07 min
    Permalink

    Frex ,
    Mais pourquoi appelez-vous cette femme Hélène ? ( Dans le titre de votre article et dans l’article ) je crois que c’est Jaqueline .

    Répondre
    • 6 octobre 2018 à 6 h 48 min
      Permalink

      Oui merci Mésange, il s’agit bien de Jacqueline, la coquille a été corrigée.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *