Analyse – Le gouvernement italien met l’UE et les marchés sous pression…

En décidant de maintenir un déficit à 2,4% du PIB pour les 3 années à venir, afin notamment de financer un revenu citoyen de 750 EUR pour les Italiens, le gouvernement “populiste” (comme ils disent) de l’Italie met la pression à l’UE, à l’Euro et aux marchés financiers !

Nul doute que le bras de fer avec la Troïka va s’amplifier en début de semaine, avec la menace à peine voilée de la part de la ploutocratie mondialiste des marchés financiers de faire monter les taux d’emprunt à des niveaux insoutenables pour la dette italienne, à plus de 130% du PIB, et qui peinerait à rembourser ses échéances si les taux montaient au-dessus des 3% pendant une période durable.

Dès aujourd’hui, la bourse de Milan a été attaquée et a cédé 3,5%.

Mais visiblement, le gouvernement “populiste” italien, formé principalement de la ligue du Nord (en pleine croissance) et du mouvement 5 étoiles, ne compte pas lâcher l’affaire et se dit prêt à l’affrontement avec le Pyramidion…

Le gouvernement tiendra-t’il ses positions ? 

De nombreux journalistes font le rapprochement avec la Grèce, car en effet l’Italie est le second pays le plus endetté après la Grèce, mais si certains d’entre eux estiment que le gouvernement italien devra céder, d’autres au contraire estiment que l’Italie, l’une des plus puissantes économies de la Zone Euro, est capable d’imposer ses vues au risque sinon de faire sauter la banque (allemande), au sens propre comme au sens figuré.

L’AVIS DE FRANCE FREXIT 

Pour notre part, nous pensons que l’Italie n’est pas suffisamment puissante pour tenir ses positions, et devra lâcher du lest en coulisse, même si elle tentera de maintenir sa décision en façade.

En effet, si elle maintenait ses positions durablement, les taux d’emprunts deviendraient vite intenables et l’Italie serait amenée à se marginaliser de l’UE et de l’Euro, ce qui ne poserait pas un problème politique incontournable à la poursuite de l’UE, même s’il s’agirait d’un nouveau coup violent porté au projet fou des élites euro-atlantistes et néo-mondialistes, tandis que le Brexit se profile à grand pas, dans un grondement de tonnerre.

L’Italie s’affaiblirait politiquement et financièrement et finirait par sortir de l’Euro avec fracas (ce qui ne serait pas de son intérêt, mieux vaut pour elle une sortie furtive pour éviter une dévaluation potentiellement catastrophique et un bank run), mais l’UE continuerait de toutes façons sans elle…

En réalité, seuls 2 pays peuvent mettre fin à l’avenir de l’UE :

  • L’Allemagne tout d’abord a tout pouvoir en Europe et peut mettre un terme à tout moment au projet européiste. Mais elle n’en a pas l’intérêt, pusqu’elle profite pleinement (avec la Belgique), de par sa position de force au coeur du dispositif européiste, de la situation actuelle et s’enrichit rapidement, malgré les dangereux déséquilibres financiers (targets) et l’immigration massive
  • La France en second lieu, a la capacité politique, géographique et économique de renverser le processus européiste : au contraire de l’Allemagne, elle s’appauvrit rapidement du fait d’une politique rigoriste qui n’est pas dans sa culture socio-économique et d’un euro surévalué par rapport à sa productivité.

Il apparaît donc que si l’Italie peut porter un nouveau coup d’ampleur au projet de l’UE, après le coup dur porté par la Grande Bretagne, seule la France a la capacité politique, la capacité économique et surtout l’intérêt à mettre un coup d’arrêt final à cette aventure mortifère.

Il revient donc bel et bien au peuple Français, comme souvent dans le passé, et comme le soulignait Marx dans ses écrits, de siffler la fin de la partie, grâce à la finesse de ses analyses politiques et sa capacité à se mobiliser le moment venu, lorsque la goutte fait déborder le vase.

Pour que ce coup d’arrêt ne se fasse pas dans le désordre et le chaos, une seule solution est possible :

Le Frexit, vite.

 

Partager cet article
  • 1
    Partage

2 pensées sur “Analyse – Le gouvernement italien met l’UE et les marchés sous pression…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *