« Je ne pense que du mal du Frexit », Emmanuelle Ménard à l’oeuvre

Le couple Ménard est un couple atypique dans le sens où tous 2 sont à la base journalistes, tous 2 sont engagés en politique, et tous 2 ont les mêmes « convictions ».

Certes, ils ne sont pas les seuls dans ce cas, et tout le monde se souvient du couple onirique formé par Ségolène Royale et François Hollande… Tout ça pour ça, serait-on tenté de dire !

Mais dès lors, les paroles de l’un engagent forcément les paroles de l’autre, et interrogée par Sud Radio concernant l’émancipation de la France par rapport aux forces euro-atlantistes, en lui demandant ce qu’elle pensait de la Sortie de la France de l’Union Européenne, Madame a répondu en ces termes très tranchés :

« Je ne pense que du mal du Frexit« .

Entonnant ensuite sans ambage le fameux credo de l’Autre Europe, cet éternelo credo européiste auquel tout le monde est prié de croire sur paroles, et qu’elle et ses prédécesseurs eurolâtres de L’RPS nous resservent depuis 40 ans. Avec les résultats désastreux que l’on connait :  

« Aujourd’hui, dans notre monde, la France toute seule ne pourrait pas s’en sortir. Mais on a besoin d’une Europe différente. D’ailleurs, même Marine Le Pen est revenue sur cette idée. Elle ne dit plus qu’elle veut sortir de l’Union européenne, mais qu’elle veut la réformer de l’intérieur. Enfin, elle nous rejoint, donc on va peut-être pouvoir faire cette union des droites. »

On comprend qu’elle ait épousé un ancien représentant des grands journalistes alignés,  qui se revendiquait déjà ouvertement d’un journalisme « sans frontière », mais par contre, on comprend mal qu’elle et son mari fassent semblant de réclamer un retour de la souveraineté de la France, un retour de la sécurité, une protection contre l’immigration massive ou encore la maitrise de la politique économique en faveur du peuple français, alors qu’ils sont pour l’Union Européenne et l’Otan, 2 entités supra-nationales souvent à l’origine des problèmes qu’ils dénoncent, et alors qu’ils ne pensent que du mal du Frexit, c’est-à-dire d’une reprise directe du Pouvoir par la France et les Français !

A un moment ou à un autre,  les électeurs de cette pseudo-France crypto-droitarde, en tout cas de cette France euro-atlantisée, vassalisée, de cette France liée et empêchée, finiront bien par se rendre compte de l’entourloupe !

Car une France libre, indépendante, sécurisée mais sans frontière, cela n’existe tout simplement pas.

Seule une France souveraine, libre, émancipée, avec des frontières efficaces, maitrisant ses flux migratoires, maîtrisant son économie, sa monnaie, son armée, pourra garantir une vraie sécurité et une vraie prospérité aux Français.

Vite, le Frexit.

 

Partager cet article
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *